Stories on fashion and luxury you won't read elsewhere

Le Luxe au Sommet 2022

By Miss Tweed
04/02/22
Le luxe au sommet

« Le luxe au sommet » 7-10 avril 2021, Val d'Isère, France.

Le luxe du monde de demain est celui que nous sommes en train de construire ensemble : nouveaux acteurs, nouvelles valeurs et nouveaux clients. Au sommet de la montagne à Val d’Isère, à 2 400 mètres d'altitude, nous avons réuni les PDG de Mulberry et de Breitling, le COO de Bulgari, les dirigeants des plateformes Farfetch, Ebay et WatchBox et d’autres personnalités pour discuter de questions telles que l'avenir du marché de l'occasion, de la Chine et des NFT.

Nous sommes allés chercher des points de vue différents en dehors de l'industrie du luxe auprès d'Hubert Védrine, ancien ministre français des Affaires étrangères qui siège au conseil d'administration de LVMH, du paléoanthropologue Pascal Picq et de l'aventurier et écrivain Sylvain Tesson. Védrine nous a aidés à comprendre l'impact de l'invasion de l'Ukraine par la Russie sur la géopolitique du luxe. Pascal Picq nous a parlé de notre besoin de nous projeter dans des mondes imaginaires tels que le Metaverse et de l'Homo Luxus à travers le prisme de l'évolution humaine sur des millions d'années. Sylvain Tesson a souligné l'importance du luxe immatériel. Parmi les exemples tirés de ses expéditions, citons la fois où le capitaine d'un sous-marin nucléaire français l'a invité à fumer un cigare sur le pont avant que le vaisseau disparaisse sous les vagues pendant des mois.

Tout était off-the-record. Aucun autre média que Miss Tweed n'était présent. Nous ne nous sommes pas réunis pour faire la une des journaux mais pour réfléchir au monde de demain, pour échanger librement, pour élargir notre réseau et, surtout, pour passer un fantastique week-end. Ski le matin, conférences l'après-midi et fête le soir se sont avérés une bonne formule. La participation à notre sommet était exclusivement réservée aux abonnés de Miss Tweed. De cette façon, nous avons formé un groupe homogène de personnes partageant les mêmes idées et la même indépendance d’esprit.

Conférences

< >

La course de slalom géant de la Miss Tweed Cup le samedi matin 9 avril 2022 a créé un véritable esprit de corps. C'était une nouvelle expérience pour de nombreux participants. Les gagnants ont remporté un trophée gravé offert par Tiffany & Co, un magnum de champagne offert par Champagne Barons de Rothschild et un pull fourni par Skidress. Cette marque de vêtements chics d'après-ski a été fondée par Charles Diebold, l'un des créateurs de Val d'Isère dans les années 1950.

Nous avons conclu notre « Luxe au sommet » en privatisant la Folie Douce située au sommet de la montagne pour la soirée du samedi 9 avril 2022. Les remontées mécaniques ont été ouvertes uniquement pour notre groupe. Elles nous ont fait monter à 19 heures et nous ont fait redescendre à 23 heures. Il y a eu beaucoup de discours amusants (et heureusement courts) pour la cérémonie de remise des trophées Miss Tweed Cup. Nous avons admiré des magnifiques voltigeuses pendant le dîner au restaurant La Cucùcina puis dansé sur la longue table en bois du restaurant.


Ce fut une soirée inoubliable. Faire de belles rencontres et échanger alors que tant de choses terribles se passaient dans le monde à ce moment-là, comme la guerre en Ukraine, nous a tous fait beaucoup de bien.


Notre sommet était un tel succès que de nombreux participants nous ont demandé de l'organiser à nouveau l'année prochaine. Nous vous tiendrons au courant !

Contributions

Les contributions de nos intervenants sont résumées ci-dessous (avec leur bénédiction) :

Thierry Andretta, PDG de Mulberry , nous a expliqué que l'attachement émotionnel à son sac à main était ce qui empêchait de nombreuses personnes d'échanger leurs vieux sacs à main pour obtenir un crédit afin d'en acheter un nouveau. Le maroquinier britannique a activement développé son programme de réparation et d'occasion lifetime qu'il considère comme un élément clé de sa transition vers un modèle économique durable et circulaire.

David Baverez, investisseur basé à Hong Kong et auteur du livre Chine-Europe : Le Grand Tournant (Ed. Le Passeur, 2021), nous a averti que le gouvernement chinois voudra prendre le contrôle indirect du secteur du luxe en plein essor en exerçant une influence croissante sur le contenu/KOL, la distribution, la gestion ou la fiscalité des maisons présentes en Chine. L'une des variables clés de l'avenir sera le prix de transfert, c'est-à-dire le prix auquel les marques déclarent la valeur des marchandises entrant dans le pays, déterminant ainsi la localisation des bénéfices des entreprises de luxe auprès des consommateurs chinois.

Thomas Berry, directeur de l'activité durable chez Farfetch a déclaré que les opérations de revente et de réparation faisaient désormais partie intégrante de l'activité de Farfetch. L'une des principales raisons pour lesquelles les consommateurs achètent des articles d'occasion est la rareté. Il existe de nombreuses options différentes pour les marques qui envisagent d'entrer dans l'espace de l'occasion - vente de produits, réparations, location ou services de revente - qui peuvent se faire soit en peer-to-peer, soit par consignation, soit par achat direct. « Il y a beaucoup de choix différents et de nuances », a déclaré M. Berry.

Stéphanie Bretonnière, PDG d'Origyn Luxury, une entreprise qui a développé des technologies d'authentification uniques pour les produits de luxe, a souligné que la qualité des produits contrefaits pouvait être désormais remarquable. Il est donc encore plus difficile de les différencier des produits authentiques. Stephanie Bretonnière a entendu parler de vendeurs de produits de luxe en Chine qui vendaient des contrefaçons même dans les boutiques des marques.

Sandrine Deveaux, vice-présidente exécutive du « Future Retail » chez Farfetch , a déclaré que « le Web 3.0 est plus qu'une nouvelle technologie, c’est une nouvelle culture, une idéologie ». Selon elle, les NFT ne sont qu'un point d'entrée pour les marques qui doivent prendre en compte des considérations plus importantes et plus stratégiques autour du Web 3.0 et ce qu'elles essaient d'accomplir avec le monde virtuel : renforcer le positionnement de la marque, créer un nouveau canal d'acquisition de clients, construire un modèle de production durable ou créer une marque virtuelle décentralisée.

Tirath Kamdar, directeur général du luxe chez eBay, a déclaré que le site avait de « grandes ambitions » dans le luxe et qu'il nettoyait le marché de l'occasion avec son programme Authenticity Guarantee lancé en 2020. Il a été mis en œuvre pour les montres, les baskets, les sacs à main, et eBay prévoit de l'étendre. Tirath Kamdar a déclaré que les ventes de produits de luxe sur eBay bénéficiaient d’une croissance à deux chiffres.

Georges Kern, PDG de Breitling, a déclaré qu'il ne souhaitait pas que le stock de montres d'occasion de l'horloger suisse soit vendu en ligne. Il préférait de loin le vendre dans des outlets, car de cette manière, la marque pouvait contrôler l'image et les prix. Sur Internet, une fois qu'il est entre les mains de tiers, il ne le peut plus.

Bruno Lavagna, auteur de La géopolitique du luxe (Ed. Eyrolles, 2021), a fait valoir que les marques devaient développer beaucoup plus leur soft power à l'étranger et s'en servir pour faire de nouveaux contacts et se rapprocher de leur clientèle locale. Bruno Lavagna, qui est également le fondateur de la société de conseil Be.Exclusive basée à Monaco, a souligné que les maisons de luxe prenaient de plus en plus d'initiatives en tant que mécènes dans des domaines tels que l'environnement, l'éducation et l'art.

Olivier Moingeon, directeur commercial d'Exclusible , une start-up spécialisée dans les NFT de luxe, a expliqué que les marques essayaient encore de comprendre comment construire leur présence dans le Métavers et n’avaient pas encore de stratégie claire. « L'année 2022 est celle où les marques vont tester les eaux du web3. C'est en 2023 que nous verrons des investissements significatifs de la part des maisons de luxe dans des expériences dans le Metaverse et des projets NFT, qui sont les deux faces d'une même pièce », a déclaré Moingeon.

Le paléoanthropologue Pascal Picq a qualifié le Métavers de « défi cognitif ». Il l'a comparé à Alice au pays des merveilles où il faut « courir pour rester en place ».

L'auteur et aventurier Sylvain Tesson a fait la différence entre le luxe de la possession et le luxe de la sensation. Selon lui, il est plus difficile de faire ce que les gens rêvent de faire que de posséder un objet de luxe. Il a également tracé une ligne entre le « luxe essentiel » et le « trop de tout ».

Jonathan Siboni, fondateur et PDG de la société d'analyse de data sur le luxe Luxurynsight , a expliqué qu'étant donné que les dirigeants du secteur du luxe ne s'étaient pas rendus en Chine depuis plus de deux ans, le rapport de force avait changé en faveur des équipes locales. Ce sont elles qui mènent désormais la danse en Chine, rendant plus nécessaire que jamais de réinventer la coordination avec le siège des marques.

Hubert Védrine, ancien ministre français des Affaires étrangères et membre du conseil d'administration de LVMH , a conseillé aux maisons de luxe de réduire leur dépendance à l'égard de la Chine et d'explorer d'autres marchés en Asie et en Afrique. Il a également conseillé aux entreprises de luxe de continuer à soutenir leur personnel en Russie afin de pouvoir y rouvrir leurs portes si la guerre en Ukraine prenait fin.

Ci-dessous la liste des heureux élus qui étaient présents :

Thierry Andretta, PDG de Mulberry, Arnaud Bazin, ancien dirigeant de LVMH et directeur général deLanvin, Bernd Beetz, ancien PDG de Coty, président de la marque de lunettesMykita, Stéphanie Bretonnière, PDG d'Origyn Luxury, Sophie Bouhier de l'Écluse, journaliste chez Miss Tweed , Olivier Chouvet, serial entrepreneur dans l’e-commerce en Asie, Laure de Carayon, Laure de Carayon, fondatrice des think-tanks China Connect et Asia Loopers, Nicolas de Cointet, responsable des projets et des beaux livres chez Albin Michel, Sophie Deletraz, associée chez Creative Labs Consulting, Kristina Driggs-Walkling, responsable des montres de luxe chez eBay, Sylvie Freund-Pickavance, responsable de la stratégie chez Value Retail, Isabelle Grosmaitre, PDG de Goodness & Co, Irina Gorbman, directrice d' IG Moda, Julien Guerrier, éditeurLouis Vuitton Éditions, Suzanne Herni, directrice du marketing de WatchBox, Patrik Hoffmann, président de WatchBox, Tirath Kamdar, directeur du luxe chez eBay, Georges Kern, directeur général de Breitling, Claire Laude, illustratrice deMiss Tweed, Bruno Lavagna, auteur et consultant, Fabienne Lupo, ancienne présidente de la Fédération de la Haute Horlogerie et co-fondatrice du salonRe-Luxury, Paul Merz, fondateur de Pascal Narboni, avocat spécialisé dans les créateurs de mode, Richard Morgan, investisseur et consultant en luxe, Joël Palix, investisseur et ancien PDG deFeelunique.com et desparfums Clarins, Massimo Paloni, COO deBulgari, Pascal Picq, paléoanthropologue, Clarisse Reille, directrice générale duDEFI, qui soutient la mode française, Christophe Reille, conseiller en relations publiques, Euan Rellie, associé directeur chez BDA Partners, Luc Reversade, propriétaire de La Folie Douce, Sophy Rindler, responsable des partenariats stratégiques chez eBay, Olivier Roux, co-fondateur de GL Events, Olivier Salomon, associé chez AlixPartners, Jonathan Siboni, CEO de Luxurynsight, Sylvain Tesson, écrivain, Thibault Verdonkt, directeur commercial chez MB&F, Christoph Wirtz, analyste chez Rothschild & Co Weath Management.


Miss Tweed remercie ses généreux sponsors :